Il est clair que les bienfaits que nous pouvons tirer des ventouses / hijamathérapie sont certes nombreux, mais, comme dans toute pratique complémentaire, certaines précautions d’usage et contre-indications existent aussi… 

C’est donc dans cette rubrique que je vous expose ces 2 éléments. Veillez alors à ne pas appartenir à l’une ou plusieurs des catégories mentionnées ci-dessous avant de faire une séance !

Ces éléments concernent surtout la technique de pose simple de ventouses sur votre corps que l’on nomme hijama sèche ou dry cupping (pose standard). Concernant sa version humide – technique plus poussée et réservée aux praticiens chevronnés et formés aux règles d’hygiène et de sécurité – elle possède de manière générale les mêmes contre-indications et d’autres qui viennent s’ajouter. La hijama humide vous concerne donc moins si vous débuté mais je vous indique tout de même ses contre-indications à titre d’information, si vous vous la faite faire par un praticien notamment… 

D’ailleurs, comme vous risquez de souvent retrouver ces 2 termes sur le site, j’ai préféré que les choses soient claires pour vous avec ce petit “pense-bête” : 

hijama sèche humide cupping therapy dry wet thérapie

Enfin, je tiens à préciser que ces contre-indications sont tirées en grande partie de l’ouvrage du Dr. Aït M’hammed, médecin généraliste et formateur – avec lequel j’ai par ailleurs été certifié – auteur du livre “La Hijama – Fondements, techniques, conseils”.

Contre-indications à la hijama :

La contre-indication absolue au recours à la pratique des ventouses ou hijama réside en vérité dans l’état général de la personne. En dehors de cela, tout le monde ou presque peut avoir recours aux ventouses sous toutes ses formes. Comme vous allez le voir, seul dans quelques cas de figure cette dernière sera contre-indiquée. Il est bon de souligner qu’il existe ainsi certaines précautions d’usage ou contre-indications particulières : antécédents médicaux lourds ou traitements ; que parfois ceci se fait au cas par cas… Le praticien des ventouses doit ainsi s’informer au préalable sur la situation du malade, le questionner et s’acquérir de certains éléments pour ne pas commettre de faute.
Ainsi, mieux vaut s’abstenir et demander conseil dans le doute plutôt que de faire une bêtise et d’aggraver son cas ou celui d’un autre…

Les catégories de personnes ne pouvant donc bénéficier de la hijama sont les suivantes :

La personne faible, âgée et l’enfant de moins de 3 ans.

La femme enceinte dans certaines circonstances (voir plus bas). 

En cas d’antécédents médicaux lourds.
Cardiopathie, maladie coronarienne, insuffisances respiratoire / rénale / hépatique sévères, etc.

La personne cardiaque ou porteuse d’un appareil cardiaque (type pacemaker).


Greffé des reins.

En cas de trouble de la coagulation important / hémophilie. 

En cas de prise d’anticoagulants à forte dose. 
Une hijama sèche peut provoquer des hématomes musculaires profonds sources d’hémorragie et d’infection.
Concernant l’aspirine et ses dérivés, on s’abstiendra dans le cas d’une hijama humide et la hijama sèche doit être entreprise avec précaution. 

En cas de prise de compléments alimentaires, ou plantes ou autre, attention aux éventuels effets sur la circulation ou le sang notamment. 

Les précautions d’usage de la hijama :

1

La personne âgée de plus de 65 ans.
Au delà de cet âge, une hijama sèche est possible mais s’agissant de sa version humide elle sera discutée au cas par cas tant cette catégorie de personnes est sujette à un affaiblissement de son état général.

2

L’enfant de moins de 3 ans.
Il est possible de recourir à la hijama sèche chez l’enfant au delà de cet âge si nécessaire et sous certaines conditions. Si tel est le cas, la succion appliquée sera de faible intensité et posée peu de temps.

3

La femme enceinte. 
J’aborde ce sujet dans cet article mais la hijama sèche comme humide sont déconseillées les 3 premiers mois de grossesse concernant les points relatifs aux maladies de l’abdomen ou de l’utérus (ventre et bas du dos). Au delà de ce 1er trimestre, une séance de ventouses sèches peut être pratiquée dans cette zone mais devra être motivée par un réel besoin et désir de la personne avec avis de son médecin. Concernant les autres parties du corps, une hijama peut être entreprise si nécessaire et si l’état général de la personne le permet.

4

Sur une tumeur maligne car le risque de disséminer les cellules tumorales dans la circulation générale est réel. Quant aux tumeurs bénignes comme les grains de beauté ou naevus, il est conseillé de s’abstenir même en hijama sèche.

5

Sur une plaie comme une blessure, plaque d’eczéma ou autre pour ne pas courir le risque de sur-infecter la plaie en question. 

6

Sur des varices ou un paquet variqueux car le risque hémorragique est important. De plus, si vous pompez en regard des varices (veines superficielles non fonctionnelles avec stase sanguine), vous risquez d’aggraver l’engorgement de la veine malade. En effet, vous stimulez l’afflux de sang vers cette veine alors qu’elle ne peut pas drainer le sang vers le cœur…
Ainsi, la ventouse est placée au dessus de la varice ou sur les côtés afin de solliciter les réseaux veineux de substitution.

7

Même si une hijama sèche est en règle générale moins fatigante qu’une hijama humide, mieux vaut éviter la pose de ventouses lors d’épisodes d’aggravations d’une maladie chronique (poussées) sur des personnes déjà fragiles physiquement. De même lors d’un état infectieux aigu (type grippe ou quelque soit l’infection en cours).
Le risque étant d’aggraver la fatigue chez ces personnes, il est préférable dans ce cas d’attendre que leur état général s’améliore avant d’envisager une séance de hijama.

8

La femme en période de menstrues et après la ménopause puisque cela risque d’accentuer la fatigue déjà présente à ce moment. On peut tout de même en avoir recours, et profiter des bienfaits de la hijama, encore une fois en cas de nécessité et bon état de santé général tout en privilégiant sa forme sèche. 

9

Enfin, la hijama humide est fortement déconseillée le ventre plein et recommandé à jeun ou tout du moins après un repas léger… 

Je reviens sur quelques-unes de ces précautions d'usage dans le cadeau d'initiation aux ventouses que je vous offre... Suivez ce lien :

La paix sur vous